05/04/2007

envie de/ rongé par les vers

envie de chialer. Comme ça. Comme on tire parfois la cuvette des chiottes. Pour que tout parte. Même plus la force de faire de jolie images bien poetiques. Je ne serai jamais poête. Je ne serai jamais Baudelaire à m'extasier devant un cadavre rongé par les vers. Ou alors il sera rongé de mots. Qui nous détruises à coup de fines coupures. Par des vers entier sorti d'une tragédie dont on se fout. Racine, ou Corneille, à tout prendre, je préfère Sagan.

Des mots qui nous blessent. A coup de grande claques dans la gueule. Ou de blessures plus perniscieuses. Qu'on sent pas mais qui grandissent. Et tout d'un coup, tu t'ouvres. Tu te retrouves nue, avec le coeur noir de haine devant tout le monde. T'es d'humeur massacrante et les gens l'apercoivent. Enfin ... mais c'est trop tard. t'es déja mort à coup de mots toi... ou de mots qu'on attendait et qui n'arrivent pas ...

dyn005_original_277_256_pjpeg_2551036_8457f24e40693b02dcac452d42bb14bd

 

un morte fraichement redescendu dans la noirceur de ce monde vous souhaite un agréable, si cela est possible, voyage dans mon monde, de mots mais de silence, et de regrets, tellement de regrets ...

 

 

20:58 Écrit par ~eve~ dans pensées | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |