31/03/2007

ca passe ou ca casse

ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse ça passe ou ça casse

49804818

 

[ juste parce que je trouvais ça beau. Parce que j'en avais envie. Comme ça. en esperant que pour vous tous, ça passe ... ]

11:28 Écrit par ~eve~ dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

25/03/2007

Y a une frontière/ on se reverra

Ya une frontière. Entre nous. Y a un gouffre à franchir, sans pont.

Avant J'étais du coté noir. Du mauvais coté disent les gens. Et jvoyais les gens d'en face s'éloigner doucement. Ils avaient trouver le moyen de traverser eux. Ou n'étaient jamais allés de mon coté. Et ils marchaient. Gaiement en plus. Je comprenais pas. Pourquoi ils m'attendent pas. Pourquoi ils ne me voient plus.

Jvoulais les rejoindre moi. Même si je ne le disais pas. Sous mes "n'en peux plus", il y avait marqué "je voudrais vous rejoindre, du coté coloré". Jvoulais y aller. A ce putain de pays des merveilles. Là bas, jpensais retrouver ma joie et mon innocence. Ces trucs que j'avais perdu en route.

C'était comme un jeu vidéo en fait. T'essayes de sauter pour franchir le gouffre. Mais t'es game over à chaque fois. Et tu retournes au point de départ. Et tu es dégouté à chaque fois. Mais t'essayes quand même encore. Parce que, connerie ou pas, tu espères toujours. Pouvoir les rejoindre.

"J'entendais presque les rumeurs de l'autre rive,

Ces rires d'enfants dans l'herbe haute;

Ces jeux des autres, à jamais les autres, dans leur joie"

Yves Bonnefoy, Les Planches Courbes

 

Maintenant. Sans chercher spécialement à y aller, jsuis passé du coté coloré. Blanc surtout. Jvois de la lumière. Comme un fanal dans les ténèbres. Comme quoi, c'est quand on cherche le moins que ca tombe sur la gueule. Et je comprend pas. Parce que je m'éloigne de la rive. Sans vraiment le vouloir. Mais jveux pas moi. Faire comme tous ces autres. Jveux attendre que ceux que j'apprécie traversent aussi. Mais le temps passe. Il m'entraine avec lui, ce salaud. Pour une fois je me mets à le maudire. Laisse moi, sale temps, laisse moi les attendre. Jveux pas être ces autres. Juste moi. Laisse moi être encore là. Comme quand on était tous du coté noir.

Jm'éloigne. Mais jreviendrai. Jconstruirai un pont. Pour que tout le monde profite de l'eden. C'est mon rève. De gosse j'en convient. Mais j'aimerais pouvoir être heureuse sans voir les autres qui attendent là bas.

Help_is_here_by_LightOfAKind

 

Y a une frontière entre nous. Toujours et encore. Je m'excuse. Je perds surement la mémoire en ce moment. J'ai du mal a comprendre ceux qui sont encore dans le noir. Jdeviens ces autres. Ces autres que j'ai vomis. Je me vomis. Pardon...

22:01 Écrit par ~eve~ dans pensées | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/03/2007

oui je sais / non je ne sais pas

oui je sais. Ca fait des années que je sais . Mais savoir quoi ?

on nous fait ingurgiter des dates, des verbes, des mots depuis l'enfance.

on nous apprend a compter vite, a savoir les décimales de pi.

1515 : bataille de Marignan.

mais ... à quoi cela nous sers ?

à quoi ca me sert de savoir que la croute terrestre rencontre un discontinuité appelé discontinuité de Morohovicic. A quoi ?

oui je sais .

Mais non je ne sais pas.

Je ne connais pas la misère. Ni la torture. Ni le fait de pleurer parce qu'on en a trop pris .

Oui je sais . La souffrance connue par les gosses des pays riches, toutes ces dépressions de gens "riches". Je sais ce que c'est que de manger à sa faim, d'avoir des gens qui m'aime.

Oui / non je sais. Oui / non. Deux mots qui régissent le monde.

et puis,

Oui je sais . Mais en quoi cela m'empeche de continuer ?

En quoi savoir que me tailler les bras faisait souffrir les autres m'a empehcé de continuer ?

savoir ne mène a rien. "Un homme averti en vaut deux". Mais deux hommes ca donne toujours rien. Juste encore plus de fouilli.

 

oui je sais, oui je sais, oui je sais, oui je sais,oui je sais ...

153179163

 

je sais que je ne sais rien ...

 

22:05 Écrit par ~eve~ dans question | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

croire c'est vivre ou se tuer ?

"je te crois" "je te crois" "je te crois" "je te crois" " je te crois"

qu'est ce que croire ?

est ce faire confiance aveuglément ? est ce tout sacrifier pour faire plaisir ?

est ce que quand tu me crois, tu m'accordes toute ta confiance ?

est ce que quand je te crois je le fait totalement ?

 

21:51 Écrit par ~eve~ dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/03/2007

tu crèves d'envie, mais on est tous pareil...

tu te casses la gueule hein ?

tu sais plus comment faire pour t'en sortir ?

et tu en veux. Tu en veux à ces autres qui eux arrivent à voir la lumière au bout du tunnel. A ceux qui touche le ciel.

tu crèves d'envie. Ca se voie, dans tes yeux, dans tes gestes, dans tes paroles.

Mais mon bonhomme, c'est comme ça pour tous le monde. Excuse moi de t'appeler aussi familièrement, mais j'aime pas te voir hair comme ça. On souffre tous tu sais ...

Tu ne me croie probablement pas. Parce que j'ai l'air heureux. Parce que j'ai tout et même plus qu'il ne me faut.

Malheureusement l'humanité est bien cruelle. Et toi aussi tu le seras. Parce que pour s'en sortir, faut pas regarder les autres. Ou alors juste ceux qui souffrent encore plus que nous. Plus que moi. Plus que toi même.

"Le moyen de supporter le malheur, c'est de voir quelqu'un de plus malheureux que soi" Thalès.

Oui on est horrible. Et tu crois pas que c'est possible. Parce que tu voie pas d'issue. Si tu trouve une autre solution, fais moi signe. Moi je me hais. D'agir comme ca, même si j'évite le plus souvent de regarder ceux den bas. J'men veux trop...

Alors même si tu te casses la gueule en ce moment. Sois sur que tu t'en sortiras. "Si on veut, on peut". Dicton débile. Mais si tu as la volonté, si c'est dans des choses "réalisables", tu pourras essayer.

Alors essaye bonhomme. Tu perds rien, tu peux gagner tout. Du moins pas mal.

essaye ...

156258726

 

[ article non construit, non constructif, juste comme ça. Excusez moi, pour ces mots, pour tout ... ]

 

18:39 Écrit par ~eve~ dans pensées | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : crever d envie |  Facebook |

02/03/2007

l'amour est une folie / carnaval

Killing zoe

Carnaval. Des gosses partout. Y a des couloirs, des rires, des chansons à chaque recoin. On respire la joie des kilomètres à la ronde. Ca pue la joie presque. Tous ce bonheur et ces sourires, ça me donne envie de vomir.

Peut être parce que je crève d’envie de connaître ça. Parce que jvoudrais moi aussi recevoir une fleur d’un carnavalier simplement parce que je suis jolie. Me prendre plein de confetti, et que tu me les enlèves …

Tu m’avais promis de m’emmener au carnaval. Tu m’avais promis tellement de choses … Je hais les promesses, j’aurais du le savoir, c’est toi même qui me disais «  les promesses, c’est comme les lois, c’est fait pour les transgresser ». Jpeux même pas te traiter de salaud, tu m’avais prévenu Mais bizarrement, j’ai retenu tes autres paroles, tes promesses, et pas ça, ton mode d’emploi. Jpeux même pas te crier menteur. Et le crier quand ? ou ? je ne sais pas ou tu es .

En même temps, c’est normal que tu te sois barré. C’est ce que je me murmure à  chaque fois que je me regarde dans une glace. Ou quand j’ai le malheur de poser un regard sur mon corps. Ou plutôt cette masse informe et flasque que je suis. Bien malgré moi.

« Maman, dis, je peux aller voir les clowns ? – Oui mais ne t’éloigne pas trop mon chou. »

« Mon chou » dire que c’était ta façon de m’appeler. Dommage pour toi, ma crème était infect. Je suis immangeable, pourrie de l’intérieur….

« tu n’es pas celle que je croyais »

En effet. Je ne suis pas celle que tu croyais. Que tu crois peut être encore. Je suis encore plus folle que tu l’imagines.

Si tu l’avais voulu, notre enfant aurait eu l’âge de ce gosse blondinet devant moi. Il aurait aimé le carnaval. Il aurait eu ta beauté, ton intelligence …et rien de moi, surtout pas ma laideur, ma connerie, ma folie…

Et les gosses qui rient autour de moi, comme des papillons autour d’une fleur… fanée la fleur.

Je me rappelle le jour ou tu as vu que j’avais acheté un livre pour apprendre à fabriquer une bombe. Tu avais l’air interloqué. Je t’ai dit que c’était pour nous tuer si tu me quittais. Et tu as ris, tu m’as appelé « ma petite terroriste » et tu m’as embrassé. Tu ne m’as pas cur, tu ne m’as jamais cru.
Tu aurais du … j’étais sincère moi… même quand je te disais « je t’aime, je ne peux plus vivre sans toi ». Surtout quand je disais ça…

Mais qui comprendra ici ? surtout pas ces gens heureux qui rient.. Pourtant ils devraient avoir peur. Tu as raison. Je suis folle. Et quand j’ai une idée dans la tête, je la gare. Je l’ai finis ce livre, tu sais …

Des ballons de toutes les couleurs, des fleurs données, des bonbons pour les enfants, des confettis, c’est la fête.

Et moi je porte un habit coloré pour que ça ne dépareille pas ensuite avec les confettis qui partent dans tous les sens.

Aujourd’hui, il y a de la joie partout. Mais moi j’en veux pas ? Et si j’en veux pas, il n’y aura pas.

 

[ flash spécial, on nous annonce une grosse explosion au carnaval de …]

13:59 Écrit par ~eve~ dans esquisses | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

true romance version lui et moi

après une arrivée vécue bien différamment par les différents protagonistes de l'histoire ( voir le blog de sadream), la première journée des vacances commence ... qui ne sera pas annonciatrice de merveilleux moments pour tous le monde ...

 

345286506_small

 

« Sa fait du bien de voir le soleil, loin des fumée, la plage, la mer, les jolies filles… bof, oui, si on m’enlève du paysage, la net impression d’être une tache. Mais aujourd’hui, je n’échangerai pas ma place. Antoine est venu me voir hier soir, il n’a pas beaucoup parler, il m’a demandé si le voyage m’emballait, et moi lui répondant ironiquement que si ce n’était pas le cas, je serai encore a Lyon. Il n’a rien tenté, il n’a probablement pas de sentiment pour moi, il se demandait juste si j’allai bien, mais cet discutions ma redonné l’espoir. Un espoir que j n’avais pas connu depuis longtemps, depuis que… enfin bref, j’ai 15 jours pour le faire changer d’avis. Les autres sont la a jouer, Jérémy a installé un filet de volley, les hommes jouent, les filles regardent… Bonne philosophie, je trouve, sa devrait être sa plus souvent dans les ménages, plutôt que l’inverse, quoique les hommes préfère regarder le match de l’OL plutôt que leur pauvre femme qui se casse le cul avec l’aspirateur, qui parfois se font même engueuler parce qu’elle font trop de bruit, je m’égare, je m’égare pour pas grand chose, Antoine n’est pas comme sa, j’en suis sur, c’est quelqu’un de bien, je n’ai pas dis sa depuis longtemps, mais, je crois que je l’aime… » Kiara

 

« L’eau était gelée, on a préféré rester sur la plage, improviser un match de volley avec un magnifique filet mis en place par mes soins. Par contre j’ai pas eu de chance pour les équipes, je suis tombé avec marc, au bout de 10 min de jeu, cet imbécile s’est explosé le poignet, remplacé par Manon, qui malgré sa forme athlétique et sa vue plus agréable, ne remplaçait pas Marc. Il est allé s’asseoir vers les filles, il avait plus l’air de se faire plus chier qu’autre chose, reste qu’évidemment, on a perdu, j me suis fait charrier toute la soirée, j’avais beau expliqué que ce n’était pas ma faute, c’était de bonne guerre, j’aurais ma vengeance et ils en pâtiront, héhé. Ce soir, on sort en boite, histoire de fêter dignement le début de l’été, je sens que sa va être hot, ces vacances s’annoncent détonante «  Jérémy

 

« Après une aprem détente, on bouge enfin. Jcommencais à en avoir marre de me retrouver en face du regard de chien battu d’Amélie. Kiara aurait pu s’en occuper, merde, au lieu de rêvasser. Pourtant ça commençait bien. Y avait quelque jolies nanas sur la plage. Jeremy avait eu la bonne idée d’amener un filet de volley, et je n’étais pas mécontent d’exposer à la vue de tous le fruit d’une année de musculation . Mais il a fallu que jme foule le poignet. Du coup je me suis retrouvé à être dévoré des yeux par Amélie, la poisse. Même pas d’échappatoire comme la baignade, l’eau était bien trop froide. ‘Fin nous voilà en boite. Enfin dans mon élément. Un coup d’œil dans la glace, replace une mèche de cheveux  et c’est parti. En plus cette chemise blanche et ce jean me mettent en valeur, jvais me trouver une fille de ma classe cette fois ci…

L’ambiance est chaude, jdance comme un dieu, et les nanas sont jolies ICI. Amélie me zieute en coin, elle me soule. Tiens, elle se barre. Tant mieux. Oh la belle blonde … » Marc

 

 

« Qu’est ce que je suis venue faire ici ?

Toute l’après midi, Marc n’a cessé de me faire comprendre à quel point je ne suis plus rien à ces yeux. Les garçons jouaient au beach volley, mais lui s’est fait mal, quel dommage, il avait l’air d’apprécier les regards des filles de la plage, et de les chercher surtout. Mais à force de faire le mariole… et vu sa frilosité, il n’a même pas essayé de profiter de l’eau.

Et ce soir… il est rayonnant dans sa chemise blanche, il attire les filles comme des mouches. Il est tellement beau …Il fait chaud, trop chaud sûrement, on ne peut même pas se rafraîchir aux robinets, ces salauds ont collés de l’eau tiède . J’vois Kiara qui danse vers Antoine et Jeremy, Seb m’apporte à boire … jvois tout trouble. Jm’appuie contre un mur, ça va passer. Il me parle, mais qu’est ce qu’il me dit … j’entend plus … « ça … » « ça va ? ». Envie soudaine de vomir. Jme précipite aux toilettes, m’enferme dans une cabine[…] J’entend Kiara qui toque à la porte. Jm’écroule contre la porte. Des images me reviennent à l’esprit . Bizarrement (ou pas) Marc est sur chacune. Et la Kiara me lance d’une voix inquiète «  qu’est ce que tu as, tu as tes règles ? ». Mes règles … merde mes règles. Depuis quand je ne les ai pas eu … J’entend une fille dire « excusez moi, c’est les toilettes des femmes ici » et une voix d’homme que je connais répond vaguement.. J’ouvre la porte précipitamment, pleine d’espoir. « Marc, aide moi, je crois que … ». Mais ce n’est que Kiara et Seb qui me fixent. » Amélie

 

en blanc,texte de sadream

en rouge, texte de ma composition.

 

12:57 Écrit par ~eve~ dans esquisses | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |