25/03/2007

Y a une frontière/ on se reverra

Ya une frontière. Entre nous. Y a un gouffre à franchir, sans pont.

Avant J'étais du coté noir. Du mauvais coté disent les gens. Et jvoyais les gens d'en face s'éloigner doucement. Ils avaient trouver le moyen de traverser eux. Ou n'étaient jamais allés de mon coté. Et ils marchaient. Gaiement en plus. Je comprenais pas. Pourquoi ils m'attendent pas. Pourquoi ils ne me voient plus.

Jvoulais les rejoindre moi. Même si je ne le disais pas. Sous mes "n'en peux plus", il y avait marqué "je voudrais vous rejoindre, du coté coloré". Jvoulais y aller. A ce putain de pays des merveilles. Là bas, jpensais retrouver ma joie et mon innocence. Ces trucs que j'avais perdu en route.

C'était comme un jeu vidéo en fait. T'essayes de sauter pour franchir le gouffre. Mais t'es game over à chaque fois. Et tu retournes au point de départ. Et tu es dégouté à chaque fois. Mais t'essayes quand même encore. Parce que, connerie ou pas, tu espères toujours. Pouvoir les rejoindre.

"J'entendais presque les rumeurs de l'autre rive,

Ces rires d'enfants dans l'herbe haute;

Ces jeux des autres, à jamais les autres, dans leur joie"

Yves Bonnefoy, Les Planches Courbes

 

Maintenant. Sans chercher spécialement à y aller, jsuis passé du coté coloré. Blanc surtout. Jvois de la lumière. Comme un fanal dans les ténèbres. Comme quoi, c'est quand on cherche le moins que ca tombe sur la gueule. Et je comprend pas. Parce que je m'éloigne de la rive. Sans vraiment le vouloir. Mais jveux pas moi. Faire comme tous ces autres. Jveux attendre que ceux que j'apprécie traversent aussi. Mais le temps passe. Il m'entraine avec lui, ce salaud. Pour une fois je me mets à le maudire. Laisse moi, sale temps, laisse moi les attendre. Jveux pas être ces autres. Juste moi. Laisse moi être encore là. Comme quand on était tous du coté noir.

Jm'éloigne. Mais jreviendrai. Jconstruirai un pont. Pour que tout le monde profite de l'eden. C'est mon rève. De gosse j'en convient. Mais j'aimerais pouvoir être heureuse sans voir les autres qui attendent là bas.

Help_is_here_by_LightOfAKind

 

Y a une frontière entre nous. Toujours et encore. Je m'excuse. Je perds surement la mémoire en ce moment. J'ai du mal a comprendre ceux qui sont encore dans le noir. Jdeviens ces autres. Ces autres que j'ai vomis. Je me vomis. Pardon...

22:01 Écrit par ~eve~ dans pensées | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

ce n'est pas a toi de t'excuser
On a tout pour etre heureux
On est juste trop exigant

Écrit par : serraphin | 25/03/2007

... Il y a toujours une frontière qui nous separe de quelque chose, c'est juste a nous de la franchir et d'y emmener ceux a qui l'on tiens...
C'est absurde...
bisous

Écrit par : mutilated girl | 28/03/2007

Je suis encore, au plus profond, du coté noir. Mais ton texte me touche. Beaucoup.
Bonne suite, Dame Blanche :D

Écrit par : Peter Pan | 30/03/2007

Les commentaires sont fermés.